MIS EN EXAMEN

Richard Ferrand mis en examen dans l’affaire des Mutuelles de Bretagne

L’enquête autour de l’affaire immobilière des Mutuelles de Bretagne, ou affaire Ferrand, du nom de l’éphémère ministre et actuel président La République en marche (LRM) de l’Assemblée nationale, poursuit son cours. Ce dernier, quatrième personnage de l’Etat, a été mis en examen pour prise illégale d’intérêts a annoncé dans la soirée du mercredi 11 septembre, le parquet. Il avait été auditionné dans la journée par la justice à Lille. Un rendez-vous attendu depuis des mois et dont ses proches s’étaient employés à minimiser la portée.

Après un premier classement sans suite en octobre 2017, « nous assistons à la suite logique de la procédure, avec une audition qui se déroule actuellement à Lille, où le dossier a été dépaysé », a fait savoir son entourage, en précisant que M. Ferrand « aborde très sereinement » ce rendez-vous.

La même source souligne que « la seconde plainte déposée par Anticor, avec constitution de partie civile devant une autre juridiction, puis dépaysée, porte sur le même fondement, pour les mêmes faits, sans éléments nouveaux et par le même plaignant. »

L’enquête préliminaire classée sans suite

 

L’audition libre du président de l’Assemblée nationale – que l’immunité parlementaire n’empêche pas – a débordé en soirée. Devant le tribunal de Lille, les médias étaient présents en nombre.

L’affaire des Mutuelles de Bretagne avait conduit ce fidèle de la première heure d’Emmanuel Macron à quitter le gouvernement en juin 2017. A peine nommé ministre de la cohésion des territoires, Le Canard enchaîné avait révélé qu’en 2011 les Mutuelles de Bretagne, qu’il dirigeait alors, avaient décidé de louer des locaux commerciaux appartenant à sa compagne. M. Ferrand conteste toute irrégularité.

Le procureur de Brest avait ouvert une enquête préliminaire en juin 2017, classée sans suite en octobre. Il avait alors invoqué la prescription s’agissant d’un éventuel délit de prise illégale d’intérêts et jugé que les infractions d’abus de confiance et d’escroquerie n’étaient « pas constituées ».

D’abord président du groupe des députés LRM, Richard Ferrand a pris la succession de François de Rugy à la présidence de l’Assemblée en septembre 2018. Il avait alors averti à demi-mot qu’il ne démissionnerait pas en cas de mise en examen.

« Le Parlement a son indépendance. Par conséquent, les parlementaires n’ont pas à être dans la main de l’autorité judiciaire », avait-il déclaré en soulignant qu’un « certain nombre de parlementaires mis en examen » continuaient à « exercer leur mandat ».

SOURCE: LE MONDE

Plouf
Plouf
Plouf
Presque !
Plouf
Plouf
Plouf
Plouf
Presque !
Plouf
Plouf
Félicitation !
Tentez votre chance de GAGNER LE EBOOK DES MEILLEURS MONTAGES DE LA MACRONIE !
Entrez votre email et tournez la roue. C'est peut-être votre jour de chance !
Voici les règles:
  • Un essai par personne
  • Les Macronistes sont interdits