Le ministre de l’écologie a organisé avec son épouse au moins neuf « dîners informels »

  • Les accusations

Lorsqu’il était président de l’Assemblée nationale, le ministre de l’écologie a organisé avec son épouse au moins neuf « dîners informels » dans sa résidence de l’hôtel de Lassay. Le personnel de l’Assemblée nationale a été mis à contribution pour ces soirées, ainsi que la vaisselle et des mets fins provenant des cuisines et de la cave de l’Assemblée nationale. Le site Mediapart a également fait état d’une rénovation des appartements du couple au ministère de l’écologie pour plusieurs dizaines de milliers d’euros d’argent public, ainsi que de la location soumise à la loi Scellier (donc à tarif préférentiel) d’un appartement de la banlieue nantaise. Enfin, Mediapart a révélé que, député, M. de Rugy avait utilisé son indemnité de frais de mandat (IRFM) pour s’acquitter d’une partie de ses cotisations à son parti, Europe-Ecologie – Les Verts. Ces sommes ont été ensuite déduites de ses impôts sur le revenu.

  • Où en est l’affaire ?

A l’issue d’une semaine où les révélations se sont succédé, M. de Rugy s’était engagé à « rembourser chaque euro contesté » et à soumettre les frais à la questure de l’Assemblée. Il avait alors exclu de démissionner. Le 15 juillet, le président de la République lui avait encore renouvelé sa confiance. « Je ne prends pas de décisions sur la base de révélations, mais de faits », avait-il alors expliqué. Fragilisé par les révélations, François de Rugy a finalement présenté sa démission à Edouard Philippe dans la matinée du mardi 16 juillet.

  • Qu’est-il devenu ?

François de Rugy a retrouvé son siège de député dans le groupe macroniste.

Source: Le Monde

Plouf
Plouf
Plouf
Presque !
Plouf
Plouf
Plouf
Plouf
Presque !
Plouf
Plouf
Félicitation !
Tentez votre chance de GAGNER LE EBOOK DES MEILLEURS MONTAGES DE LA MACRONIE !
Entrez votre email et tournez la roue. C'est peut-être votre jour de chance !
Voici les règles:
  • Un essai par personne
  • Les Macronistes sont interdits